Huiles minérales et emballages : une étude fait le point

20 septembre 2016

La question de la présence d'huiles minérales dans les emballages s'est invitée dans le débat public ces derniers mois. Une étude co-financée par Eco-Emballages visant à identifier l'origine de ces composés dans les emballages a été publiée. Tour d'horizon des principaux enseignements.

Emballage

Les huiles minérales ont fait récemment l’objet d’une attention importante de la part des médias et suscitent des interrogations de la part des entreprises, des associations et des pouvoirs publics. L’ONG Foodwatch a notamment publié en octobre 2015 des résultats d’analyses et interpellé depuis directement plusieurs marques et enseignes de distribution. 

Face à cette situation, une étude visant à identifier l’origine de ces composés dans les emballages et les quantifier a été initiée par le Club MCAS (Club Matériaux pour contact alimentaire et santé). Elle a été cofinancée par Eco-Emballages, l’ADEME et Ecofolio, et réalisée par le Centre Technique du Papier. Les résultats ont fait l’objet d’une présentation le 14 juin dernier. 

L’étude rappelle que les huiles minérales recourrent à une grande diversité de composés. La nocivité de certains d’entre eux est suspectée, mais pas établie, d’autres sont autorisés sous conditions dans la production alimentaire. En conséquence, il n’existe pas à ce jour de valeurs limites réglementaires en France ou en Europe pour les huiles minérales dans leur ensemble ou pour certaines en particulier. 

L’étude a aussi mis en avant la difficulté de réaliser des mesures précises, car outre leur diversité et le fait que certaines soient autorisées, d’autres composés ayant les mêmes caractéristiques que des huiles minérales peuvent être inclus dans les mesures réalisées et conduire à une surestimation. Enfin, si la présence d’huiles minérales dans les emballages est confirmée, l’étude rappelle qu’une mesure de la teneur dans l’aliment est indispensable avant de conclure sur l’éventuelle contribution de l’emballage, ces composés pouvant provenir de différents stades de la production (lubrifiants ou additifs utilisés lors de la production agricole, du stockage, du transport…).  

La présence d’huiles minérales dans les emballages est principalement liée à leur présence dans les fibres recyclées. Leur origine est due à l’utilisation d’encres offset dans les papiers graphiques, à l’utilisation de certaines colles, notamment hotmelt, dans l’emballage, et dans une moindre mesure à l’utilisation de certains additifs et auxiliaires de fabrication. 

Les pistes d’action évoquées visent à limiter les entrées d’huiles minérales dans la chaîne de fabrication et de transformation des emballages et leur migration vers les aliments. Elles concernent la composition des encres d’impression pour le papier graphique et l’identification de toutes les entrées d’huiles minérales dans la chaîne de production. 

Pour ce qui est de la conception des emballages alimentaires, l’attention est attirée sur l’éco-conception par le choix et la quantité de colle apposée sur l’emballage. Et si à l’avenir des réglementations devaient être édictées, il conviendra d’analyser la nécessité d’éventuelles barrières à la migration vers l’aliment et/ou du choix d’approvisionnement pour les fibres utilisées. 

La synthèse de l’étude est disponible sur demande ; n’hésitez pas à contacter votre interlocuteur habituel chez Eco-Emballages.