Briques, bouteilles, poches souples : panorama des différents emballages de lait

17 mars 2017

Briques en carton, bouteilles en PEhd ou en PET, et bientôt en poches souples ? Le marché de l'emballage du lait est multiple, chaque emballage disposant d'avantages respectifs. Passage en revue de ses évolutions !

2,6 milliards : c'est le nombre de litres de lait achetés par les Français en grande distribution en 2015 (source : Syndilait). Soit une consommation moyenne de 51 litres par habitant et par an. Produit de consommation de tous les jours, le lait constitue ainsi un gisement important d'emballages, constitué à 50 % de briques en carton et à 50 % de bouteilles en plastique.

Les emballages ménagers de dix marchés de grande consommation - ADEME / Eco-Emballages

La brique alimentaire en carton : le gisement majoritaire

La brique en papier-carton est toujours le principal matériau d'emballage pour le lait, même si elle a connu une baisse en parts relatives en 20 ans.

Collectée depuis 1992, il s'agit d'un emballage recyclable, avec un taux de recyclage de 47,2% en 2015. La brique étant un emballage complexe composé de couches de carton, plastique et aluminium, la séparation des matériaux s'effectue au sein d'usines papetières lors d’un procédé appelé pulpage afin de produire des fibres recyclées.

Parmi les axes de progrès de ce segment d'emballage, les fabricants réfléchissent aujourd'hui à supprimer la couche d'aluminium : s'il n'est pas perturbateur du recyclage, cela permettrait toutefois de réduire l'empreinte environnementale globale de la brique.

 

La bouteille en PEhd : la première solution d'emballage en plastique du lait

Représentant plus de 40 % de ce gisement, la bouteille en PEhd (polyéthylène haute densité) est la première solution d'emballage du lait dans la catégorie des emballages en plastique. Son poids a été optimisé depuis plusieurs années. Les lignes de fabrication des bouteilles ont été en grande majorité intégrées aux usines de conditionnement pour éviter le transport de bouteilles vides et réduire ainsi l’impact carbone.

Dès 1992, les bouteilles en PEhd ont été intégrées à la collecte sélective des bouteilles et flacons en plastique, en vue de leur recyclage. Il s'agit là d'une filière mature et performante en termes de recyclage. Ces dernières années, l'opercule en aluminium indispensable à l'étanchéité de l'emballage a été enrichi d'une languette permettant une parfaite séparation par le consommateur de l'emballage en plastique de l'opercule détachable en aluminium ; cela afin de ne pas perturber son recyclage dans la filière des emballages en plastique.

Pour Vincent Colard, Ingénieur éco-conception chez Eco-Emballages, la bouteille en PEhd dispose encore de marge de progrès : « cet emballage a déjà été optimisé au maximum, au vu de ses contraintes de fabrication ; un axe d’éco-conception pourrait résider aujourd'hui dans l’utilisation de PEhd biosourcé. »

La bouteille en PET opaque : le nouveau-venu

Avec 6 % du gisement d'emballages de lait, la bouteille en PET déjà présente sur le lait frais s'est développée sur le marché ces dernières années avec l’arrivée du PET opaque dans le lait UHT. Constituée de PET (polyéthylène téréphtalate) et d’opacifiants minéraux, cette bouteille présente des avantages environnementaux notamment en termes de poids (allégé) et d’économies d’eau constatées chez certains industriels.

L'enjeu de sa recyclabilité a été soulevé dans les médias ces derniers mois : aujourd'hui, les emballages en PET opaque peuvent se recycler en mélange avec des emballages en PET coloré pour la production de fibres synthétiques à la condition de ne pas dépasser 15 % des quantités entrantes dans les usines de recyclage. Au-delà de cette proportion, l'excédent d’emballages en PET opaque doit être extrait.

 

« La bouteille en PET opaque est une innovation assez récente », rappelle Vincent Colard : «  comme toute innovation, on doit accompagner son recyclage dans les filières existantes et envisager de nouveaux débouchés». C'est le sens du programme d'actions dévoilé par Eco-Emballages ce mois dernier.

Et demain, un matériau complémentaire ?

Depuis quelques mois, une quatrième catégorie d'emballages de lait fait son apparition et élargit ainsi le panel de solutions disponibles pour les industriels : les poches souples, également utilisées pour le sucre ou la farine et les céréales, constituées de plusieurs couches de plastique (PP, PE). Encore marginaux, ces emballages ne bénéficient pas aujourd'hui d'une filière de recyclage.